RSS

Laura Alcoba

alcoba

Laura Alcoba, née en 1968 en Argentine, docteur ès lettres et agrégée, est maître de conférences à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, où elle enseigne la littérature espagnole du Siècle d’Or. Elle est traductrice de l’espagnol (Pedro Calderón de la Barca, Iván Thays, Yuri Herrera, Selva Almada) et a publié en 2007 son premier roman, Manèges, où elle évoque un épisode de son enfance argentine sous la dictature militaire.

En 2013, elle reçoit le prix de soutien de la Fondation Del Duca. Elle est membre du jury du Prix Nicolas-Bouvier

Bibliographie :

Romans :

  • Manèges, Éditions Gallimard, coll. « Blanche », 2007, et Folio n° 5883.
  • Jardin blanc, Éditions Gallimard, coll. « Blanche », 2009
  • Les Passagers de l’« Anna C. », Éditions Gallimard, coll. « Blanche », 2011
  • Le Bleu des abeilles, Paris, Éditions Gallimard, coll. « Blanche », 2013, et Folio n° 6006

 Traductions

  • Pedro Calderón de la Barca, Les Enchantements de la Faute, mise en scène Marion Fouillard 1997.
  • Iván Thays, Un lieu nommé Oreille-de-Chien, Paris, Gallimard, coll. Du Monde entier 2011.
  • Yuri Herrera, Les Travaux du Royaume, Paris, Gallimard, coll. Du Monde entier 2012.
  • Yuri Herrera, Signes qui précéderont la fin du monde, Gallimard, coll. Du Monde entier, 2014.
  • Selva Almada, Après l’orage, Paris, Métailié, 2014.
  • Selva Almada, Les jeunes mortes, Paris, Métailié, 2015.

 

Le Bleu des abeilles

abeilles

Folio, 2015, 160 p., 6,50 €

« Devant le miroir de la salle de bains, je m’entraîne à prononcer des mots compliqués, avec plein de r, des g et des s entre deux voyelles qui font comme des chatouilles au niveau du palais. Je m’entraîne aussi à prononcer à toute allure des mots avec des u, et même des u tout seuls que je fais durer le plus longtemps possible. »

À dix ans, l’héroïne quitte l’Argentine de Videla pour rejoindre sa mère réfugiée en France tandis que son père est emprisonné à La Plata. À la dure réalité de l’exil se mêle bientôt l’enthousiasme de la découverte d’un pays et d’une langue.

Un récit raconté à hauteur d’enfant, acidulé, joyeux et profondément touchant.

 

Les commentaires sont fermés.

 
%d blogueurs aiment cette page :