RSS

Rencontre entre les élèves de 1ère S5 du lycée Clemenceau et l’écrivain Martin Page

MartinPage1

Jeudi 2 avril 2015, les élèves de 1ère S5 ont eu la chance de rencontrer l’écrivain Martin Page au C.D.I. du lycée. Il était accompagné de Delphine Henry, chargée de mission à Interbibly, association organisatrice de ces rencontres auteur-lycéens, financées par la région Champagne-Ardenne.

Pour préparer la rencontre, les lycéens avaient étudié en classe son roman L’Apiculture selon Samuel Beckett avec leur professeur de lettres, Mme Ségura. Nombre d’entre eux avaient apprécié ce roman sous forme de journal intime d’un jeune étudiant en anthropologie qui relate son expérience d’assistant de Samuel Beckett.

Les élèves de première avaient préparé, avec leur professeur, de nombreuses questions auxquelles Martin Page a répondu avec bienveillance et simplicité. Les lycéens souhaitaient notamment qu’il leur explique son choix de la figure centrale de Beckett pour construire son roman. Martin Page leur a confié qu’il avait voulu faire partager aux lecteurs sa passion pour ce grand écrivain en offrant une vision inattendue et fantasque du dramaturge, éloignée de l’image austère véhiculée par les médias : « Dans mon livre, j’ai réalisé un kidnapping littéraire de Samuel Beckett pour en créer une œuvre personnelle. Mon but n’était pas de désacraliser le mythe Beckett mais de le rendre plus accessible, plus chaleureux ».

MartinPage3

Les échanges entre Martin Page et les lycéens se sont révélés vifs et stimulants. Ont été abordés, entre autres, les questions de la création littéraire, du métier et de l’image de l’Ecrivain.

Sur le panneau de bienvenue à Martin Page exposé au CDI, les critiques de certains élèves avaient été affichées et lui ont été remises à l’issu de la rencontre. Ainsi, Emeline, avait écrit avoir apprécié ce court roman « agréable à lire » dont les « personnages ne servent qu’à étayer les idées de l’auteur sur le rapport entre le lecteur, l’auteur et bien sûr l’œuvre en question ».

Pour Noémie, la forme du journal intime « permet d’être proche du personnage et d’être dans l’histoire qu’il raconte » ; elle a « beaucoup aimé la contradiction entre l’aspect strict qu’il (Beckett) prend en public et comment l’étudiant le voit : en kimono, les cheveux longs et avec une barbe ». Elle ajoute que « cela dénonce beaucoup de choses », particulièrement le fait que « quand les médias s’emparent de vous, tout ce que vous dites ou faites est analysé, interprété et pas de la façon dont vous l’avez pensé. ».

Publicités
 

Les commentaires sont fermés.

 
%d blogueurs aiment cette page :