RSS

L’écrivain Minh Tran Huy rencontre les lycéens

En partenariat avec l’association Interbibly, le lycée recevait jeudi 16 avril l’auteure de romans Minh Tran Huy. Elle a rencontré le matin les participants au concours lecture et durant l’après-midi, les élèves de 2e4, qui avaient lu et étudié en cours son roman La double vie d’Anna Song. La voix feutrée, le ton doucement convaincu, Minh Tran Huy parle devant les lycéens captivés. Les élèves font montre d’une étonnante attention deux heures durant. Mihn évoque tour à tour ses origines vietnamiennes, le processus de création, ses références littéraires. Les questions, préparées en amont à l’aide de Madame Nolot, le professeur de français et des documentalistes, relancent l’échange. Quels sont les auteurs préférés de la romancière ? la part d’autobiographie contenue dans l’oeuvre ? Comment s’opère le choix du titre ? D’un point de vue plus littéraire, les élèves veulent savoir pourquoi Minh Tran Huy a transposé l’histoire vraie de la musicienne anglaise Joyce Hatto, qui a plagié le répertoire musical de nombreux artistes, fait divers à la base de l’histoire d’Anna Song. Ce livre raconte donc l’histoire d’une imposture. « Je voulais travailler sur ce thème », affirme l’auteure, « car l’écrivain, en tant que créateur de fiction, n’est-il pas toujours un faussaire ? ». Mais ce roman est aussi une histoire d’amour, une histoire d’exil. « Toute création est une tentative de pallier un exil, qu’il soit dû à des contraintes extérieures ou à une intime condition. » . L’auteure cite, de mémoire, un poème de Paul Eluard, dédié à son épouse défunte, dont quelques vers figurent en exergue de La double vie d’Anna Song et qui colorent d’emblée le roman d’une note poétique. Chacun des propos de l’invitée, sollicités par les lecteurs, éclairent un peu plus l’oeuvre étudiée et restituent à la littérature toute sa vitalité.

diderot

Lorsqu’elle parle, modestement, des prix qu’elle a reçus, Minh n’oublie pas de mentionner l’exigence du travail de l’écrivain qui y a concouru : les heures d’écriture, de recher-ches, de relecture, de doute, la quête d’un éditeur… Un parcours parfois douloureux qui, dans le cas de Minh Tran Huy, a été couronné de succès. Modèle édifiant de persévérance et d’efforts fructueux. Nul doute que ces échanges, très riches, resteront dans la mémoire de nos jeunes comme un moment fort de l’année. Parallèlement à la rencontre, des photographies du Vietnam, réalisées par M. Desgranges, professeur d’Allemand, ont donné lieu à une petite exposition. Cette journée a contribué à l’ouverture culturelle du lycée Diderot, un des piliers du projet d’établissement. Remercions donc particulièrement l’auteure et Interbibly, l’organisme qui a rendu possible la rencontre, ainsi que sa sympathique représentante, Delphine Henry.

L’équipe de professeurs documentalistes du lycée Diderot, Langres

 

Les commentaires sont fermés.

 
%d blogueurs aiment cette page :