RSS

Élise Fontenaille

Elise_FontenailleNée en 1960 à Nancy, Élise Fontenaille suit des études de sociologie et devient journaliste à Vancouver, au Canada, puis à Paris pour le magazine Actuel. En 1995, elle se concentre sur l’écriture avec un premier roman publié chez Grasset, La Gommeuse. Son style y est percutant, composé de phrases très courtes et de mots simples. Les critiques parlent d’un « roman qui fouette, qui cingle, un roman où l’on s’attend à voir une main jaillir des pages pour vous gifler« . Cinq autres romans suivent chez Grasset. Elle écrit également depuis quelques années des livres pour la jeunesse aux éditions du Rouergue.

Son roman Unica, publié chez Stock, a reçu en 2008 le Grand prix de la science-fiction française. Elle y aborde notamment le sujet de la pédophilie sur le web. Elise Fontenaille aime explorer des univers singuliers, et mettre en scène des personnages atypiques. Et comme le prouve ses derniers romans, sa prose sert également une réflexion sur le monde moderne et sur ses incidences.

 

Bibliographie :

  • La Gommeuse, Grasset, 1997.
  • Le Palais de la femme, Grasset, 1999.
  • Demain les filles on va tuer papa, Grasset, 2001.
  • L’Enfant rouge, Grasset, 2002.
  • Brûlements, Grasset, 2006.
  • Unica, Stock, 2007.
  • L’Aérostat, Grasset, 2008.
  • Chasseur d’orages, Le Rouergue, 2009.
  • Un Koala dans la tête, Le Rouergue, 2009.
  • Les Disparues de Vancouver, Grasset, 2010.
  • L’Été à Pékin, Le Rouergue, 2010.
  • La Cérémonie d’hiver, Le Rouergue, 2010.
  • La Reine des chats, Le Rouergue, 2010.
  • Le Garçon qui volait des avions, Le Rouergue, 2011
  • L’Homme qui haïssait les femmes, Grasset, 2011
  • Le Palais de mémoire, Calmann-Lévy, 2011
  • Le Soleil et la Mort, Grasset jeunesse, 2011
  • Les Poings sur les îles, Le Rouergue, 2011
  • Ma Vie précaire, Calmann-Lévy, 2012
  • Pour un carré de chocolat, Grasset jeunesse, 2012

Présentation de L’Homme qui haïssait les femmes par les éditions Grasset :

Montréal, décembre 1989. Un matin comme les autres à Polytechnique. Soudain, en plein cours, un jeune homme fait irruption dans une salle, et tout bascule. Il sort de son sac un fusil, abat toutes les filles de la classe, et va poursuivre son carnage dans les couloirs de l’école. Il ne vise que les femmes. Au total, il en tuera quatorze, avant de retourner l’arme contre lui. Pourquoi cette folie meurtrière, chez un garçon apparemment sans histoires ? Par haine des féministes. Elles lui ont — écrivait-il avant de se tuer — gâché la vie…
A partir d’un fait divers qui traumatisa le Québec, Elise Fontenaille dresse le portrait d’un enfant brûlé. Et ausculte une société qui en moins d’une génération est passée du catholicisme tout-puissant à un féminisme triomphant, non sans heurts.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :