RSS

Hugo BORIS à la Médiathèque de Sedan par Françoise et Agnès

Accompagnés de leur professeur de Français, Mme Élise Giamordoli et de Jean-Pierre Verdonck, documentaliste, la classe de seconde 7 du lycée Pierre Bayle de Sedan a rencontré Hugo Boris ce jeudi 11 avril 2013 .

Les lycéens ont travaillé sur le roman «Le baiser dans la nuque», paru chez Belfond .

«Le baiser dans la nuque» ,  c’est l’histoire de Fanny, sage-femme qui devient sourde et de Louis, professeur de piano. Elle veut apprendre le piano avant que le silence ne se referme sur sa vie. Entre eux, vont se tisser des liens…

Tout comme entre Hugo Boris et son public…

Hugo_Boris_Sedan_1

Les questions vont défiler en toute liberté, sans fausse pudeur et un climat serein va s’ installer tout au long de cet échange de questions variées :

Pourquoi ce titre ? Pourquoi un piano ? Jouez- vous de la musique ? Comment vous est venu l’idée d’écrire ? Envisagez-vous une adaptation au cinéma ? Quand écrivez-vous ?Qui choisit la couverture ? Quelle publicité autour d’un livre ?

Auxquelles l’ auteur répondra  soit avec avec malice:

      – Pourquoi le quatrain d’Arthur Rimbaud au début de chaque chapitre ?

– « Parce que je savais que j’allais venir dans les Ardennes ! »

      – Pourquoi un pseudo ?

     – «  Hugo est mon prénom et Boris mon deuxième prénom.  Mon nom de famille est un nom composé, trop long et qui demande a être épelé. »

soit avec beaucoup de précision :

– sur sa façon d’écrire: à la main sur un cahier au recto uniquement _ pour pouvoir apporter des modifications  à la relecture .Il a fait circuler son cahier d’écriture.

– sur son contrat signé avec l’éditeur, les différentes clauses,  l’à-valoir, la date limite de remise du manuscrit,  ce qu’il touche sur la vente d’un exemplaire en version poche (30 cts)…

Hugo_Boris_Sedan_2

Écrire, pour Hugo Boris s’apparente à une course de fond, c’est épuisant, il pense qu’il ne peut écrire que sur des sujets qu’il ne connaît pas du tout, aussi il se renseigne, amasse de la documentation.

Ainsi «Le baiser dans la nuque» lui a demandé trois ans de travail, des stages en maternité, des rencontres entre mamans, sages-femmes…

De notre côté nous pouvons ajouter que Hugo Boris, adore les petits nounours de couleur (autant que les secondes !) et qu »il est revenu enchanté de sa visite du Château fort de Sedan.

Nous le remercions pour sa participation aussi agréable qu’ intéressante et espérons très vite  de ses nouvelles.

Françoise et Agnès

Publicités
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :