RSS

Gaëlle Josse

©Xavier_Remongin_043

Gaëlle Josse est née en 1960.

Après des études de droit, de journalisme, de psychologie et quelques années passées en Nouvelle-Calédonie, travaille à Paris comme rédactrice pour un magazine et un site internet et vit en région parisienne.

Anime également des formations d’adultes autour de l’expression écrite et orale.

Anime aussi des rencontres autour de l’écoute d’œuvres musicales et des ateliers d’écriture auprès d’enfants et d’adultes.

 

 

Bibliographie:

– Nombreuses publications en revues : ARPA, Voix d’encre, N4728, Lieux d’Etre, Friches, 7 à dire, Florilège, anthologies Encres Vives, Hélices Poésie, Parterre Verbal, Cahiers Ventura, Multiples…

– Recueils publiés :

  • L’Empreinte et le Cercle, Encres Vives 2005
  • Signes de passage, Hélices/Poésie Terrestre 2007
  • Tambours frappés à mains nues, lauréat du prix d’édition poétique Ville de Dijon 2009, à l’occasion du Printemps des Poètes
  • Castillanes/.doc, Encres vives, collection Lieu, mai 2009
  • Carnets du Leonardo Express, Encres Vives, collection Lieu, septembre 2009

– Romans:

  • Les Heures silencieuses, aux Éditions Autrement, 2010
  • Nos vies désaccordées, aux Éditions Autrement, 2012

Retrouvez son site internet : http://gaellejosse.kazeo.com/

Présentation des Heures silencieuses  par l’éditeur :

 Magdalena est l’épouse de Pieter van Beyeren, administrateur de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales. Issue d’une famille de riches armateurs, Magdalena est rigoureuse, soucieuse d’ordre et d’économie, maîtresse d’elle-même et de son foyer. Elle aurait pu succéder à son père si le commerce n’était réservé aux hommes, et la place des femmes à la maison. C’est sur un espace intérieur qu’elle semble s’être repliée. Intérieur où elle s’est fait représenter vue de dos, à son clavecin, près d’une fenêtre éclairant une enfilade de pièces qui respirent le calme, dans un tableau au charme presque irréel peint par un artiste du temps, Emmanuel de Witt. Ce décor a ses secrets, que livre le journal intime de Magdalena. Sa déception de n’avoir pu succéder à son père, née sans héritier mâle. Sa rencontre avec Pieter. Toutes les failles intimes de son existence. Un souvenir qui l’oppresse, emplit ses nuits d’angoisse : le meurtre dont elle a été témoin, enfant. Et d’autres infortunes autour d’elle. Sa sœur Judith, qui se morfond de ne pouvoir enfanter. Ses filles, Catherina et Elisabeth, pour lesquelles Magdalena songe à des mariages délicats à arranger. Enfin, son propre sort en tant qu’épouse, quand Pieter décide brutalement de renoncer à tout commerce de chair avec elle, pour ne pas risquer encore une fois de la perdre en couches. À ces inquiétudes personnelles se mêle le récit des efforts d’une famille d’armateurs pour conserver le bien-être.

« L’ordre, la mesure et le travail sont des remparts contre les embarras de l’existence. C’est ce qu’on nous apprend dès l’enfance. Vanité de croire cela. Chaque jour qui passe me rappelle, si besoin était, que la conduite d’une vie n’est en rien semblable à celle d’un stock d’épices ou de porcelaine. Ce que nous tentons de bâtir autour de nous ressemble aux digues que les hommes construisent pour empêcher la mer de nous submerger. Ce sont des édifices fragiles dont se jouent les éléments. Elles restent toujours à consolider ou à refaire. Le cœur des hommes est d’une moindre résistance, je le crains. »

Nous remercions la Mèl de son aimable autorisation pour la reproduction de ces fiches bibliographiques

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :