RSS

Archives Mensuelles: juin 2015

Martin Page et les élèves du lycée à la Bibliothèque de Givet

DSC_0028

Les élèves de seconde suivant l’enseignement d’exploration Littérature et société ont eu la chance de rencontrer Martin Page à la bibliothèque municipale de Givet, accompagnés de Mme Fleury et Mme Faille.

« Ca vaut le coup de s’acharner » nous explique l’auteur, en parlant de son obstination de départ. Puis ont suivi ses réflexions sur le travail d’écrivain et sa vie qu’il qualifie de « vie de rigoureuse liberté ».

DSC_0014

Les élèves ont étudié avec leur professeur de Lettres Mme Fleury « L’apiculture selon Samuel Beckett » et on pu, entre autres, découvrir au CDI son dernier livre, « Je suis un dragon » écrit sous son pseudo Pit Agarnem. Les interrogations ont été nombreuses : sur l’envie d’écrire, l’inspiration, le choix d’une forme littéraire, le succès, les projets… A quoi Martin Page a répondu patiemment, gentiment et en toute franchise.

DSC_0026

Un grand merci à Martin Page, à Interbibly pour l’organisation de ces merveilleuses rencontres et à Mme Devouge de la bibliothèque de Givet qui nous a accueilli. En attendant de nouvelles aventures !

 
 

Retours de bibliothécaires

Un grand merci à Interbibly ! Cette année, la Bibliothèque municipale Georges Pompidou de Châlons-en-Champagne a été vernie ! Son auditorium a accueilli, lors de 4 rencontres organisées par Interbibly, 3 auteurs et 99 lycéens.

Sarah Cohen-Scali photo1

4 belles rencontres ! A chaque fois, 2 heures d’échanges enrichissants dans une atmosphère conviviale ; la découverte des coulisses du livre et du « métier » d’écrivain, celle de la vie quotidienne et de l’univers d’un auteur, celle d’un parcours singulier et d’une personnalité attachante : Sarah Cohen-Scali, l’élégance chaleureuse ! Martin Page, le passionné aux multiples facettes ! Minh Tran Huy, la double casquette auteure/éditrice à l’étonnant parcours ! Chacun a fait forte impression sur son auditoire ! Chaque rencontre s’est terminée par une séance de dédicaces. Les lycéens sont repartis ravis de cette expérience particulière.

Martin Page photo5

Merci aux auteurs pour leur gentillesse et leur sens du partage ! Les questions se sont succédé librement, ils y ont répondu avec beaucoup de précision et de sincérité.

Merci aux élèves de la 2nde générale 7 du lycée Bayen et des 1ères S2, STSS2 et STS du lycée Oehmichen pour l’accueil qu’ils ont réservé aux auteurs ! C’était bien préparé, avec une réelle implication dans les rencontres. Bravo aux interviewers, qui ont posé les questions préparées par leurs classes ! Tous ont très bien assuré leur rôle dans la conduite des rencontres. C’est une formule que nous recommandons pour les rencontres.

Minh Tran Huy photo3

Merci aux professeurs et documentalistes des lycées Oehmichen et Bayen qui ont accepté le partenariat avec la bibliothèque. Ce fut pour nous l’occasion de rencontrer des classes de lycéens en amont dans leur établissement et d’échanger avec elles.

Pour nous bibliothécaires, ces rencontres ont été l’occasion de promouvoir la lecture et la bibliothèque auprès des élèves ; de découvrir des auteurs et de mieux connaître les goûts des ados ; de cultiver nos liens avec les documentalistes et les enseignants des lycées châlonnais.Minh Tran Huy photo2

Merci et bravo à l’équipe d’Interbibly pour cette belle opération ! A l’année prochaine !

Danièle et Olivier, Bibliothécaires

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 5 juin 2015 dans Présentation du projet

 

L’écrivain Minh Tran Huy rencontre les lycéens

En partenariat avec l’association Interbibly, le lycée recevait jeudi 16 avril l’auteure de romans Minh Tran Huy. Elle a rencontré le matin les participants au concours lecture et durant l’après-midi, les élèves de 2e4, qui avaient lu et étudié en cours son roman La double vie d’Anna Song. La voix feutrée, le ton doucement convaincu, Minh Tran Huy parle devant les lycéens captivés. Les élèves font montre d’une étonnante attention deux heures durant. Mihn évoque tour à tour ses origines vietnamiennes, le processus de création, ses références littéraires. Les questions, préparées en amont à l’aide de Madame Nolot, le professeur de français et des documentalistes, relancent l’échange. Quels sont les auteurs préférés de la romancière ? la part d’autobiographie contenue dans l’oeuvre ? Comment s’opère le choix du titre ? D’un point de vue plus littéraire, les élèves veulent savoir pourquoi Minh Tran Huy a transposé l’histoire vraie de la musicienne anglaise Joyce Hatto, qui a plagié le répertoire musical de nombreux artistes, fait divers à la base de l’histoire d’Anna Song. Ce livre raconte donc l’histoire d’une imposture. « Je voulais travailler sur ce thème », affirme l’auteure, « car l’écrivain, en tant que créateur de fiction, n’est-il pas toujours un faussaire ? ». Mais ce roman est aussi une histoire d’amour, une histoire d’exil. « Toute création est une tentative de pallier un exil, qu’il soit dû à des contraintes extérieures ou à une intime condition. » . L’auteure cite, de mémoire, un poème de Paul Eluard, dédié à son épouse défunte, dont quelques vers figurent en exergue de La double vie d’Anna Song et qui colorent d’emblée le roman d’une note poétique. Chacun des propos de l’invitée, sollicités par les lecteurs, éclairent un peu plus l’oeuvre étudiée et restituent à la littérature toute sa vitalité.

diderot

Lorsqu’elle parle, modestement, des prix qu’elle a reçus, Minh n’oublie pas de mentionner l’exigence du travail de l’écrivain qui y a concouru : les heures d’écriture, de recher-ches, de relecture, de doute, la quête d’un éditeur… Un parcours parfois douloureux qui, dans le cas de Minh Tran Huy, a été couronné de succès. Modèle édifiant de persévérance et d’efforts fructueux. Nul doute que ces échanges, très riches, resteront dans la mémoire de nos jeunes comme un moment fort de l’année. Parallèlement à la rencontre, des photographies du Vietnam, réalisées par M. Desgranges, professeur d’Allemand, ont donné lieu à une petite exposition. Cette journée a contribué à l’ouverture culturelle du lycée Diderot, un des piliers du projet d’établissement. Remercions donc particulièrement l’auteure et Interbibly, l’organisme qui a rendu possible la rencontre, ainsi que sa sympathique représentante, Delphine Henry.

 

L’équipe de professeurs documentalistes du lycée Diderot, Langres

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 5 juin 2015 dans Présentation du projet

 

Rencontre entre les élèves de 1ère S5 du lycée Clemenceau et l’écrivain Martin Page

MartinPage2MartinPage1

Jeudi 2 avril 2015, les élèves de 1ère S5 ont eu la chance de rencontrer l’écrivain Martin Page au C.D.I. du lycée. Il était accompagné de Delphine Henry, chargée de mission à Interbibly, association organisatrice de ces rencontres auteur-lycéens, financées par la région Champagne-Ardenne.

Pour préparer la rencontre, les lycéens avaient étudié en classe son roman L’Apiculture selon Samuel Beckett avec leur professeur de lettres, Mme Ségura. Nombre d’entre eux avaient apprécié ce roman sous forme de journal intime d’un jeune étudiant en anthropologie qui relate son expérience d’assistant de Samuel Beckett.

Les élèves de première avaient préparé, avec leur professeur, de nombreuses questions auxquelles Martin Page a répondu avec bienveillance et simplicité. Les lycéens souhaitaient notamment qu’il leur explique son choix de la figure centrale de Beckett pour construire son roman. Martin Page leur a confié qu’il avait voulu faire partager aux lecteurs sa passion pour ce grand écrivain en offrant une vision inattendue et fantasque du dramaturge, éloignée de l’image austère véhiculée par les médias : « Dans mon livre, j’ai réalisé un kidnapping littéraire de Samuel Beckett pour en créer une œuvre personnelle. Mon but n’était pas de désacraliser le mythe Beckett mais de le rendre plus accessible, plus chaleureux ».

MartinPage3

Les échanges entre Martin Page et les lycéens se sont révélés vifs et stimulants. Ont été abordés, entre autres, les questions de la création littéraire, du métier et de l’image de l’Ecrivain.

Sur le panneau de bienvenue à Martin Page exposé au CDI, les critiques de certains élèves avaient été affichées et lui ont été remises à l’issu de la rencontre. Ainsi, Emeline, avait écrit avoir apprécié ce court roman « agréable à lire » dont les « personnages ne servent qu’à étayer les idées de l’auteur sur le rapport entre le lecteur, l’auteur et bien sûr l’œuvre en question ».

Pour Noémie, la forme du journal intime « permet d’être proche du personnage et d’être dans l’histoire qu’il raconte » ; elle a « beaucoup aimé la contradiction entre l’aspect strict qu’il (Beckett) prend en public et comment l’étudiant le voit : en kimono, les cheveux longs et avec une barbe ». Elle ajoute que « cela dénonce beaucoup de choses », particulièrement le fait que « quand les médias s’emparent de vous, tout ce que vous dites ou faites est analysé, interprété et pas de la façon dont vous l’avez pensé. ».