RSS

Archives Mensuelles: avril 2013

Hugo BORIS à la Médiathèque de Sedan par Françoise et Agnès

Accompagnés de leur professeur de Français, Mme Élise Giamordoli et de Jean-Pierre Verdonck, documentaliste, la classe de seconde 7 du lycée Pierre Bayle de Sedan a rencontré Hugo Boris ce jeudi 11 avril 2013 .

Les lycéens ont travaillé sur le roman «Le baiser dans la nuque», paru chez Belfond .

«Le baiser dans la nuque» ,  c’est l’histoire de Fanny, sage-femme qui devient sourde et de Louis, professeur de piano. Elle veut apprendre le piano avant que le silence ne se referme sur sa vie. Entre eux, vont se tisser des liens…

Tout comme entre Hugo Boris et son public…

Hugo_Boris_Sedan_1

Les questions vont défiler en toute liberté, sans fausse pudeur et un climat serein va s’ installer tout au long de cet échange de questions variées :

Pourquoi ce titre ? Pourquoi un piano ? Jouez- vous de la musique ? Comment vous est venu l’idée d’écrire ? Envisagez-vous une adaptation au cinéma ? Quand écrivez-vous ?Qui choisit la couverture ? Quelle publicité autour d’un livre ?

Auxquelles l’ auteur répondra  soit avec avec malice:

      – Pourquoi le quatrain d’Arthur Rimbaud au début de chaque chapitre ?

– « Parce que je savais que j’allais venir dans les Ardennes ! »

      – Pourquoi un pseudo ?

     – «  Hugo est mon prénom et Boris mon deuxième prénom.  Mon nom de famille est un nom composé, trop long et qui demande a être épelé. »

soit avec beaucoup de précision :

– sur sa façon d’écrire: à la main sur un cahier au recto uniquement _ pour pouvoir apporter des modifications  à la relecture .Il a fait circuler son cahier d’écriture.

– sur son contrat signé avec l’éditeur, les différentes clauses,  l’à-valoir, la date limite de remise du manuscrit,  ce qu’il touche sur la vente d’un exemplaire en version poche (30 cts)…

Hugo_Boris_Sedan_2

Écrire, pour Hugo Boris s’apparente à une course de fond, c’est épuisant, il pense qu’il ne peut écrire que sur des sujets qu’il ne connaît pas du tout, aussi il se renseigne, amasse de la documentation.

Ainsi «Le baiser dans la nuque» lui a demandé trois ans de travail, des stages en maternité, des rencontres entre mamans, sages-femmes…

De notre côté nous pouvons ajouter que Hugo Boris, adore les petits nounours de couleur (autant que les secondes !) et qu »il est revenu enchanté de sa visite du Château fort de Sedan.

Nous le remercions pour sa participation aussi agréable qu’ intéressante et espérons très vite  de ses nouvelles.

Françoise et Agnès

Bibliothécaires à la médiathèque de Sedan

 
Poster un commentaire

Publié par le 30 avril 2013 dans Présentation du projet

 

La rencontre de Jean-Philippe Blondel avec les lycéens du lycée Blaise Pascal

Le jeudi 11 avril, c’est dans une atmosphère conviviale et chaleureuse que s’est déroulée la rencontre de deux classes de 1ère du lycée Blaise Pascal à Saint-Dizier, avec Jean-Philippe Blondel.

DSC01118

Intimidés au départ, les élèves se sont beaucoup intéressés au parcours et aux œuvres de Jean-Philippe Blondel, et notamment à sa passion pour la musique, qui l’accompagne dans l’écriture en point d’en devenir indispensable comme il le dit lui-même :  » Je peux écrire n’importe quand tant qu’il y a de la musique et que je suis isolé « .

DSC01128

Les élèves ont ainsi pu découvrir la vie quotidienne d’un professeur d’anglais qui a pour passion l’écriture. C’est d’ailleurs cette polyvalence de Jean-Philippe Blondel qui a suscité l’admiration mais aussi les interrogations des élèves sur cette  » double-vie « . Jean-Philippe Blondel leur a dévoilé que le plus difficile n’est pas d’écrire un roman, mais d’en assurer la promotion et de concilier son travail, sa passion, sa vie sociale et sa vie de famille.

De ses réponses ont découlé de nouvelles questions sur sa façon d’écrire et surtout  » Comme devient-on écrivain et pourquoi ? « 

 » Parce que c’est une passion, c’est même vital « . Et surtout, pour Jean-Philippe Blondel l’écriture est une liberté qui lui est nécessaire.

DSC01146

L’après-midi s’est terminé avec une séance de dédicaces.

 
Poster un commentaire

Publié par le 15 avril 2013 dans Présentation du projet

 

Les 2ndes Bac pro du LP Emile Baudot rencontrent Gilles Leroy

Ce vendredi 5 avril, l’atmosphère est quelque peu solennelle au CDI.
M.Millard-Rannou, proviseur, les enseignants de lettres, Mme Florence et M. Beaune, les documentalistes des 3 établissements du secteur réunis pour l’occasion, M. Michel, correspondant local du Journal de la Haute-Marne, sont venus saluer l’auteur de Zola Jackson, d’Alabama Song et de nombreux autres romans.
Gilles Leroy est là…

Il est accompagné de Johannie Closs, de l’association Interbibly.gilles leroy3 gilles leroy4

Non loin de lui sont exposés les panneaux que Chelsea, Laura et Cathy, élèves de Bac pro commerce ont réalisés pendant leur temps libre ; ceux-ci expliquent l’ouragan Katrina, ils donnent quelques précisions sur la Louisiane et la Nouvelle-Orléans…
Les élèves prennent place, un peu intimidés. Entre leurs mains, le livre dans lequel ils sont plongés depuis quelques semaines : Zola Jackson et le questionnaire qu’ils ont élaboré … Mais qui va poser la première question ?…
C’est Nabila qui se lance, puis Justine : « D’où vous est venue l’idée du roman ? Comment vous êtes –vous documenté ? Est-ce que Zola existe ? Et Lady ?…. » Les questions ne suivent pas forcément l’ordre initialement prévu. Mais qu’importe ! L’intérêt est bien là, la curiosité est aiguisée. D’autres élèves prennent peu à peu le relais. Les adultes aussi .Tous sont désireux d’en savoir plus sur l’univers de Zola, sur le processus de création du roman. De prime abord, Zola Jackson a paru aux élèves déstructuré, cela les a perturbés, mais en avançant dans la lecture, ils comprennent que la construction du livre est totalement maîtrisée , Gilles Leroy sème des indices , et ne livre pas tout tout de suite… « C’est comme dans la vie, nous ne savons pas tout des autres immédiatement » explique-t-il.
Les questions portent d’abord sur le roman lui-même, puis sur le parcours de l’écrivain, son prix Goncourt et ses autres œuvres…Pendant plus d’une heure, Gilles Leroy a répondu en toute simplicité et de façon très précise aux interrogations des uns et des autres, révélant plusieurs aspects de sa personnalité, et notamment sa passion pour la culture américaine.
Après une petite pause, la rencontre se termine par une séance dédicace fort attendue sur un air de Nina Simone, héroïne du dernier roman de Gilles Leroy.

Merci Gilles Leroy ! Grâce à vous, élèves et adultes ont vécu un belle expérience de lecture !

 N.Balayé, documentaliste.

 
 

Étiquettes : , , ,